Dimanche 26 avril 2009 : Valence sous toutes les coutures (26)

« Ô (eau) Valence. »

C’est devenu une tradition deuchiste locale : à chaque dimanche qui tombe le 26 du mois, nous rencontrons nos frères de la Drôme.Pour cette nouvelle coïncidence du calendrier, nous leur avons suggéré de nous faire découvrir le chef-lieu de leur département.
Autour de nous revient alors souvent cette question :  » mais qu’y-a-t-il à voir à Valence ? « . Ne sachant répondre, nous nous retrouvons à cinq voitures à 8 h 15 sur le parking d’Intermarché à Seyssins.

Le groupe finalement au complet, nous prenons la route pour Saint-Quentin-sur-Isère où Philippe, Denise, Liliane et sa nouvelle voiture (une magnifique Deuche bleu Seychelles immatriculée à Hawaï) nous attendent. Marie-Claire nous rejoint.

Le temps est incertain, mais il ne pleut pas (encore). Les sept voitures prennent la direction de Valence. C’est un camping-car qui ouvre le convoi le long de l’ex RN 532, à un rythme de Sénateur.

Nous arrivons à destination avec un peu de retard, il pleut averse. Nos amis drômois du 2 CV Club Dauphiné Vivarais nous offrent un café et un délicieux morceau de pogne, le tout sous les parapluies.

En route pour la visite de la préfecture de la Drôme. Habits de pluie et bottes et parapluie sont de rigueur. Il est 10 h 30, il ne pleut plus, il tombe des cordes…

Nos guides sont Muriel, trésorière, et Marc, vice-président. La visite commence par la traversée du parc Jouvet, endroit magnifique de 7 hectares, planté d’arbres majestueux, de fleurs colorées et de fontaines anciennes. Un cadre vraiment bucolique, cela tombe bien car Valence est le berceau des amoureux de Peynet. Sur le champ de mars, nous y découvrons leur kiosque. Enfin un endroit au sec, tout le monde en profite pour « ressuyer ». Là nous découvrons Valence aussi bien d’un point de vue topographique (la ville est constituée de 4 terrasses), qu’historique. Des personnalités célèbres sont liées à cette ville : Louis Mandrin, Championnet, Anne-Sophie Pic, Sébastien Chabal, Napoléon 1er, le groupe Dionysos, etc.

 

Nous quittons cet abri pour gagner le centre-ville, ses églises, ses temples, ses rues anciennes, ses places de marché, les halles. Dans la ville basse coule paisiblement le Rhône.

Il tombe des grenouilles. Il est 12 h 30, les estomacs crient famine, en route pour le pique-nique… dans le salon de Muriel et Marc. Il tombe des halbardes. (Un appel téléphonique nous apprend qu’à Grenoble il ne pleut pas).

Vers 15 h 30, nous quittons le confort douillet de leur maison pour une balade digestive à la découverte des canaux qui sillonnent la ville. Equipement pluie obligatoire.

Il est l’heure de rentrer nous prenons congés de nos hôtes, les sept Titines démarrent direction Grenoble. Pose bisous à Saint-Quentin sur Isère, le soleil brille, photo souvenir, les parapluies s’ennuient au fond des coffres.

Malgré les conditions atmosphériques, la journée a été très agréable. Valence ville d’eau ? Oui ! Nous confirmons !!! Mais, grâce à la visite, Valence est devenue un peu plus qu’une sortie d’autoroute. Encore merci au 2 CV Club Dauphiné-Vivarais d’avoir organisé cette visite, et en particulier à Muriel et Marc pour leur accueil et leur gentillesse.

Gérard F.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.