Le 9 juin 2013 : Sainte‐Diane au Col d’Ornon (38)

Depuis plusieurs années, des adhérents ont proposé d’aller découvrir le Col d’Ornon en 2 CV. Nous l’avons approché l’année dernière lors du rallye de la Matheysine mais rien n’y faisait : il fallait le franchir bien que nous étions sûr que les Flat Twins ne rencontreraient aucune difficulté. Oui, mais… Les Flat Twins entraînent différents types de véhicules… De masse légèrement différente… Au profil plus ou moins aérodynamique… Donc il fallait lancer un défi pour être certain que tous les types de véhicules du 2 CV club dauphinois arrivent au col.

En cette journée dédiée à Diane d’Andalo (moniale dominicaine italienne, 1201‐1236), les Dyane ont ainsi été mises à l’honneur. Un road book spécial n’a été remis qu’aux conducteurs de Dyane, Acadiane et Méhari avec deux objectifs simples : le convoi devait arriver à destination à l’heure prévue et les 2 CV devaient suivre. Si la dernière voiture
n’arrivait pas à bon port…

Départ de Seyssins, intégration des dernières voitures au Péage de Vizille, Séchilienne, Laffrey. Une première pause s’impose pour s’assurer que le convoi est au complet. Les Dyane savent qu’elles doivent s’assurer de la présence de celles qu’elles étaient censées remplacer à la fin des années 60. Les Napoléoniens costumés prêts pour une représentation n’en reviennent pas de voir autant de montures motorisées rassemblées à la Prairie de la Rencontre.

Sur le plateau matheysin, les limitations de vitesse brident les moteurs, pour le bien de tous. D’ailleurs, cela permet de découvrir la nouvelle aire de repos, entièrement aménagée. Un Deuchiste nous ayant vu de chez lui n’hésite pas à venir à notre rencontre avec sa 2 CV 4×4. Moment d’échange émouvant, sous un ciel grisonnant.

Dès que l’attention baisse, tous les coups sont permis : les Dyane tentent une diversion pour convaincre les 2 CV d’aller au rassemblement de véhicules anciens organisé au château de Ponsonnas. Bonnes filles, celles qui sont majoritaires dans le groupe acceptent de jouer le jeu. On verra bien si le retard accumulé sera compensé dans les virages.

Une grosse demi‐heure est passée en compagnie des autres aficionados de véhicules anciens. Pour des raisons officiellement climatiques, le convoi repart en direction de Valjouffrey. Trop contentes d’avoir perturbé l’organisation de la journée, les Dyane commettent l’Erreur : ne suivant que leurs habitudes, elles en oublient le road book… Tous les espoirs de semer les 2 CV sont vains et c’est ensemble que toutes les voitures s’engagent dans le Valbonnais.

Le ciel chargé de pluie empêche de voir les grands sommets, certes, mais les Deuchistes ne résistent pas à l’appel de la fromagerie dans le hameau le Désert. La productrice est cependant satisfaite de laisser la préparation du déjeuner à son époux pour nous faire découvrir les différentes variétés de fromages de chèvre.

Pour le pique‐nique, le plan Tous‐au‐Sec doit être activé à cause de la pluie. Comment remercier les gérants du camping de Valjouffrey qui nous ont accueillis sont les tentes installées pour constituer une salle à manger ***** ? Le transfert de nourriture des coffres des voitures (augmentée des commandes sur place) aux estomacs effectué, la reprise du convoi est possible avec un objectif, un seul : le Col d’Ornon. Le repas n’a pas étouffé le défi du jour…

Sans difficultés d’orientation sur la route unique, le convoi mené par les Stars du Jour arrive à destination. Ouf ! Il reste suffisamment de carburant pour le ballet de stationnement. Le soleil illumine les voitures. Éblouis, certains n’hésitent pas à détourner leurs regards pour admirer les fleurs de montagne. Mais les nuages menaçants essaient
de rattraper le convoi et il faut reprendre la route, du côté Oisans. Le convoi intègre sans difficultés la route de Bourg d’Oisans et d’une traite, les voitures atteignent Séchilienne, d’un seul bloc. Au milieu des voitures classiques, la solidarité deuchiste est exemplaire.

Pour remercier les Dyane d’avoir si bien mené le convoi, la Présidente du club leur remet à ce moment un trophée : une tomme de chèvre. Elle n’oublie pas de rappeler que, comme le fromage, la victoire n’est jamais éternelle…

La journée passée a été typiquement deuchiste avec une conduite sage, beaucoup d’humour et un moment convivial autour d’un repas. Ceux qui venaient pour la première fois ont compris. Ceux qui ne sont encore jamais venus sont certainement impatients de venir…

Jan

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *